Solid ADN blog

Blog relié au logiciel de CAO Solid Edge

La naissance d’une pièce (partie 2)

La gestation as été plus longue que prévue, voici enfin la partie 2.

J’ai essayé de faire un peu plus technique pour les concepteurs/conceptrices qui manipulent le logiciel.

Pour débuter, je vous propose de regarder une vidéo de huit minutes sur le processus global de création de pièce, d’assemblage et de dessin de détails.

Vidéo – Processus global

Vous pourriez aussi jeter un coup d’œil ici…

Build synchronous part

Le même modèle en mode traditionnel et Synchronous

Étape un – Les plans

Trois types de plans existent :

  • Base
  • Global
  • Local

Base

Les plans de base sont trois plans orthogonaux positionnés à l’origine de la pièce. Ils représentent les vues de plan, d’élévation et de profil.

Si vous commencez à dessiner directement dans l’espace ou appuyer sur F3, le plan de base le plus proche de votre orientation deviendra actif.

Si vous désirez conserver votre point de vue, utilisez le «Quickpick» pour sélectionner le bon plan.

Vidéo Quickpick

GlobalPlane

Si aucun des plan de base ne correspond à votre intention, simplement en créer des nouveaux. Les nouveaux plans crées seront des plans «Global» car ils ne sont pas fixent dans l’espace et ne sont attaché à aucune géométrie.

La création de plan a été grandement simplifiée. Comme chaque plan peut être contrôlé autour des six axes de libertés, les commandes pour la création des plans est passé de huit à quatre.

  • Coïncident (coplanaire)
  • Perpendiculaire à une courbe
  • Par 3 points
  • Tangent

Vidéo création de plan

Les plans globaux peuvent être positionnés avec les contraintes de «Tolérancement Géométrique» de la commande «Relate».

Synchronous Control  ou avec le Volant

Local

Toutes autres faces plane d’un model peuvent servir de plan de référence. Lorsque l’utilisateur procède de cette façon, il créer un plan local. Un plan local ne possède aucune entrée dans l’historique de la pièce.

Pour séparer une fonction de son plan local, la commande «Détachée» doit être utilisée. L’utilisateur peut à ce moment sélectionner les faces du modèle, celles-ci deviennent indépendante de tout plan.

Vidéo Détachée

Une fois détachée, les faces peuvent être ré-attachées.

L’utilisateur décide alors si il «Ajouter» ou «Supprimer» de la matière.

Prenez note qui si une dimension se détache, un simple glisser/déplacer permet de la ré-attachée.

Vidéo Ajout/Suppression

Dans les deux vidéos la commande copie a été utiliser pour m’assurer de conserver ma base solide. Si je détache cette base solide, je me retrouve avec un élément surfacique ou de référence.

Note :

Dans le premier vidéo seule la surface du dessus et de coté du cylindre on été détachées.

Dans la seconde vidéo en sélectionnant la fonction, je m’assure que l’ensemble du cylindre sera détaché et copié.

Ceci nous conduit….

Étape deux – L’esquisse

Les outils d’esquisse sont les mêmes que pour la version précédente. L’onglet «Home» du ruban contient les commandes les plus fréquemment utilisées.

Pour les utilisateurs qui viennent d’un environnement orienté vers une modélisation squelettique, l’onglet «Esquisse» sera votre référence pour faire la transition avec SEwST.

Jetons un bref coup d’œil pour ceux qui s’initient à Solid Edge….

Draw tool

Le groupe «Dessin» contient les outils les plus utilisés. Certains symboles vous seront familiers.

Pour les utilisateurs AutoCAD, une série d’outils sont disponibles pour aider la transition.

Ces outils font partie de la philosophie :

«Evolve to 3D»

«Evolve to 3D four step»

 Autocad tools

Command search Pour les outils/fonctions que vous êtes moins familiers, il y a au bas de la zone de travail l’outil «recherche de commande».

Simplement entrer le nom de la commande qui vous est familière une fenêtre affichant les résultats vous propose la commande équivalente.

Les outils de décalage offre la possibilité de créer différent style de rainure.

Vidéo rainure

L’esquisse comporte un outil intéressant «Déplacer l’origine».

Cet outil permet de modifier la position et l’orientation de l’origine de l’esquisse. Outil indispensable pour les utilisateurs qui font des «Layout» avant de se commettre vers une modèle 3D.

Pour vous donner une image de cet outil, pensez au WCS. 

Vidéo origine

Changer l’orientation de la grille ne change pas l’orientation des éléments déjà en place. Cela permet par contre à l’utilisateur d’avoir plusieurs orientations Horizontale/Verticale pour faciliter l’application des contraintes géométriques

 H-V same plane

Si vous manipulez l’orientation de la grille et que vous désirez revenir à l’orientation d’origine, utilisez le bouton «Zero origin»

Grid reset

Voici quelques options associées à la gille

Grid option

Ne pas oublier la philosophie intrinsèque de SEwST, le volant est toujours disponible pour manipuler les éléments 2D,

2D move – vidéo

Étapes trois – Contrainte géométrique

Les contraintes géométriques aident à donner un comportement mécanique aux géométries 2D.

related

Pour ceux qui travail avec un modeleur 3D pas grand chose à dire.

Mais pour ceux qui font la transition depuis le 2D, cela causera un certain choc culturel. Principalement parce que les logiciels 2D pure ne s’occupe pas de cette notion de contrainte géométrique.

Si vous êtes intéressé à tirer avantage des contraintes, télécharger le module 2D de Solid Edge offert gratuitement.

Free solid Edge  2D

Ici un parallèle pourrait être tracé entre le dessin 2D et les esquisse d’un modeleur 3d et la modélisation linéaire et non linéaire (Paramétrique versus Synchronous).

Oups je m’écarte de mon article technique..:):):)

Une des choses les plus importantes à maîtriser dans Solid Edge et de prendre le temps de lire les informations que le logiciel nous communique.

related 2d

Voici une brève description des contraintes géométriques. Je n’ai malheureusement pas accès à la version française au moment de publier cet article. Pour les assidus de mon blog, vous vous en êtes surement rendu compte🙂

CG01-Connect CG06-Symétrie

CG02-H_V CG07-Cocentrique

CG03-Tangent CG08-Perpendiculaire

CG04-Parallèle CG09-Colinéaire

CG05-Égalité CG10-Lock

CG11- Rigid set

Les contraintes géométriques fonctionnent selon le modèle «action/objet». L’utilisateur décide de l’action qu’il désire accomplir, il sélectionne ensuite les objets concernés par cette action.

Si vous vous rappeler de mon dernier article, j’ai parlé de schéma cognitif ceci en fait parti. Comme les contraintes sont disponibles en tout temps, vous n’avez pas à sélectionner et désélectionner des éléments constamment.

Ceci rend le travail plus fluide tout en aidant l’utilisateur à mieux comprendre le travail qu’il effectue.

Vidéo – rectangle

  1. La contrainte connexion est utilisée pour les deux extrémités de la ligne du bas.
  2. La contrainte «Horizontal/Vertical» est utilisée pour l’orientation de la ligne du bas.
  3. La contrainte perpendicularité est utilisée sur les lignes de chaque côté.
  4. Finalement la contrainte de parallélisme sur la ligne du haut par rapport à la ligne du bas.

Plusieurs combinaisons vous permettent d’avoir le même résultat, l’important est que vous soyez en mesure de bien faire la gestion de vos contraintes.

Étape quatre – Les dimensions

Dimension

  • Les dimensions ne sont plus associées à l’esquisse 2D
  • Les dimensions peuvent être placées à n’importe quel moment sur le model
  • Les dimensions font parti du processus PMI (Product Manufacturing Information)

Deux outils sont disponibles pour le dimensionnement :

  • Smart dimension
  • Dimension Point-à-Point (DPP)

L’outil smart dimension regroupe 90% des fonctions les plus utilisés.

DPP sont utilisé pour ce que j’appelle les dimensions spéciales.

Smart Dimension

L’outil smart dimension est utile pour :

  • Longueur/distance
  • Horizontal/Vertical
  • Angle
  • Rayon/diamètre
  • Tangence
  • etc…

La vocation de ce blog et de fournir de l’information afin d’éduquer le marché sur SEwST. Pour ce faire au lieu d’explications interminables, regardons une petite vidéo sur les capacités du «smart dimension»

Vidéo Smart dimension

Dimension Point-à-point

Les dimensions point-à-point servent principalement à placer des dimensions spécialisées. Cinq classes de dimensions sont disponibles ;

  • Distance entre
  • Angle entre
  • Dimension coordonnée
  • Angle coordonnée
  • Dimension de diamètre

Chacune possède deux ou trois mode de positionnement:

dimension 2

L’utilisation d’un axe pour définir les dimensions est utile dans le cas de pièces complexe usinée sur une fraiseuse. Les machiniste ont a repositionner leur pièce sur la mâchoire fixe qui devient leur référence pour les mesures. (Dans la plus part des cas)

Voici une brève vidéo des possibilités :

Vidéo – DPP

Étape cinq – les régions

Chaque fois que des éléments 2D délimitent une aire, une région est reconnue par SEwST. Une fois la région identifiée il est possible de la transformer en solide.

Plusieurs situations permettent de délimiter une région :

  • Une aire formée par des éléments connectés.
  • Une aire délimitée par des éléments qui se chevauche
  • Une aire délimitée par des éléments qui se touchent
  • Des aires qui sont imbriquées

Vidéo- Région

Une esquisse dessinée sur une surface d’un solide verra ses régions reconnues. Si vous utilisé la capacité de Solid Edge à utiliser les profils ouvert, plusieurs régions peuvent être identifiées à l’aide d’une seule ligne.

Moins d’éléments dans une esquisse est un des avantage de l’approche par fonction technologique versus la modélisation squelettique.

Vidéo – Région sur solide

Un autre avantage des régions est quelle aident à modéliser sans avoir à dessiner de géométries 2D. Ceci pousse les concepteurs vers de nouvelles approches de conception qui leur étaient inaccessibles avant.

Comme le 2D imposait certaines restrictions, la modélisation paramétrique restreignait aussi votre approche de conception.

La communauté aura les mêmes défis que lors du passage du dessin papier au dessin2D puis vers le 3D, en plus de profiter des avantages de la modélisation Synchronous.

Coffee cup video

La somme des étapes

Les esquisses peuvent être manipulées comme n’importe quel autre objet 3D.

Un fois une esquisse consommée par une fonction, elle est dirigée vers la section des esquisses consommées.

À n’importe quel moment il est possible de récupérer une esquisse consommée pour la réutilisée.

Vidéo esquisse

L’option de copie a été utilisée, mais comme l’esquisse ne contrôle plus le solide il aurait été possible de la déplacer.

L’option copier/coller aurait été une autre alternative. Elle aurait permis le déplacement ou tout simplement permettre de déposer l’esquisse dans une bibliothèque pour une utilisation future.

 

Clipboard Paste

name paste

Les dimensions utilisées dans les esquisses sont transférées vers le solide, donnant à l’utilisateur la possibilité de modifier le solide pour accommoder des changements dimensionnels.

Conclusion

J’ai identifié cinq étapes pour la préparation de votre solide, est-ce que cela aurai pu être 4 ou 6 sans doute, mais l’important est d’être conscient que ces étapes existent et ont leurs raisons d’être.

Lorsque vous créer un solide il existe des étapes à franchir. La sélection du plan et le dessin de l’esquisse font partie des première étapes et sont à la base de la chaîne alimentaire.

clip_image002[4]Si vous recevez une formation sur la modélisation solide, il est important que votre formateur vous fasse prendre conscience de l’importance de ses étapes. Autrement il pourrait être difficile de déterminer l’origine des problèmes que vous allez rencontrer. Ceci est particulièrement vrai dans une conception linéaire.

Si vous vous débattez avec vos esquisses révisez/réévaluer votre approche de conception.

Bien comprendre les processus qui régissent la manipulation technique des fonctionnalités rend la modélisation beaucoup plus intéressante.

Au lieu de voir la modélisation solide comme une boîte noire dans la quelle on entre des données pour voir ressortir un résultat, prenez le temps d’ouvrir la boîte et voir ce qui se passe en arrière plan.

Prochain arrêt je vais parler des fonctions technologiques.

Il est recommandé de faire de l’exercice régulièrement pour une bonne hygiène de vie. 30 minutes par jour selon les recommandations, environ 2 1/2 heures par semaine. Pour ceux qui sont le moindrement actif c’est 3 à 5 heures par semaine.

Voyez votre département de conception comme un athlète olympique. Il leur faut beaucoup d’entraiment au début de leur carrière. Une fois atteint un niveau qui leur permet d’être compétitif avec les autres, ils maintiennent leurs performances avec un entrainement régulier.

Nous travaillons entre 2000 et 2500 heures par année avec un outil qui évolue tous les 6,8, 12 mois selon l’importance des nouveautés.

http://en.wikipedia.org/wiki/Solid_Edge

Budgété une ou deux journées de formation à tous les 3 ou 6 mois sera bénéfique pour votre département de conception.

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :